Rôle et place de la femme dans le milieu professionnel

L’homme est un être altruiste c’est-à-dire libre ; c’est un animal social qui agit et comprend que ses actions engendrent des conséquences. Du fait donc de sa liberté dans ses faits il devient potentiellement dangereux ce qui fait que la société, en fonction de l’éthique, du sens du bien, de la culture, des convictions et valeurs morales lui imposent certaines règles de conduites pour que le vivre ensemble soit des plus paisibles. Ainsi en fonction de l’origine, du genre, chaque personne a sa place dans la société avec des règles de conduites bien dictées. Aussi à cause du déterminisme social très fortement ancré dans nos sociétés particulièrement au Burkina Faso certaines traditions, coutumes et réalités guident toujours notre société ne tenant pas compte du changement de mentalité, et de l’évolution des sociétés en fonction des besoins. Quand nous parlons de valeur, nous entendons par là le caractère bienfaisant, son importance pour l’homme et la femme de la cultiver. Malheureusement pour de nombreuses raisons diverses, nous avons  le sentiment,  que, les règles préétablies par la société au Burkina Faso tendent à marginaliser la femme, à l’exclure de la vie en société. De ce triste constat plusieurs questions nous traversent l’esprit : nos valeurs sociales sont-elles immuables au point de condamner la femme dans son foyer ? Si l’ensemble de nos valeurs ne doivent brimées personne peut-on réellement les considérer comme telles, puisque,  la femme, comme nous le savons si bien , bien qu’elle soit le berceau de l’humanité est relayée au second plan et entravée dans sa liberté, dans sa dignité par notre culture, nos communautés avec leur coutume? Plus important, tout semble montrer qu’elle est exclue de la société ; qu’elle est donc sa place dans la société actuelle ?

femmes

Femmes puisant de l’eau

Au Burkina Faso la vie sociale est dictée par un système de valeurs lié à la culture, à la religion et à nos traditions. Tous, nous savons que l’homme est à la tête de la cellule familiale, la femme quant à elle est chargée du bien-être de la famille ; de prime abord c’est l’image que l’on a d’elle ; celle-ci se cantonne dans son rôle dans le foyer, ses capacités  et son potentiel étant tus. La femme se sent exclue parce qu’elle n’arrive pas à se réaliser entièrement. A notre avis, son exclusion s’explique essentiellement par des raisons physiologiques et morales :

Pour les raisons physiologiques il s’agit simplement de sa condition de femme ; s’il est vrai que la femme est l’égale de l’homme (comprenons par là une égalité en droit et devoir), force est de reconnaitre que la femme est différente de l’homme du fait des conditions physiques et des lois de la nature. A titre d’exemple certains métiers comme la maçonnerie nécessitent des conditions physiques importantes.  Autrefois, il n’y avait pas de femmes dans l’armée ;

La commandante des troupes ce 8 mars 2016 © Burkina24

La commandante des troupes ce 8 mars 2016 © Burkina24

Heureusement de nos jours, les règles ont changé de telle sorte que la candidature des femmes est largement encouragée ; cela matérialise la prise de conscience de la société du fait que la femme peut être une aide importante à l’homme. A cet effet, ne dit-on pas que derrière un grand homme se cache une grande femme ? Aussi, elle est appelée à assurer une descendance ; or nous sommes conscients que la société actuelle est telle que l’individualisme est plus important que l’humanité. A charge de preuve, l’intégration dans l’armée engage la femme à travailler pendant  cinq ans avant de tomber enceinte, oubliant que l’horloge biologique sonnera à un moment donné. Egalement, la femme lorsqu’elle occupe une fonction particulière dont les conventions privilégient l’homme, elle est victime d’un sexisme sélectif. Pire encore elle doit parfois faire face au harcèlement.

Concernant les raisons morales nous pouvons parler de la fierté, de l’égo surdimensionné des hommes. En effet, les hommes ont une très grande estime d’eux si bien qu’ils refusent de comprendre que la femme peut être une aide pour eux en conciliant à la fois vie professionnelle et familiale. Aussi il faut noter que les hommes se sentent facilement lésés quand la femme occupe une fonction plus importante ou à un niveau d’étude plus élevé qu’eux. Pour certains,  la place de la femme est à la maison s’occupant des tâches ménagères et des enfants ; il appartient à l’homme de s’occuper de sa famille, d’apporter une aide financière. Pour d’autres, au contraire, la femme doit épauler l’homme en contribuant aux charges de la famille en ce sens que le cout de la vie ne fait qu’augmenter au point que l’homme à lui seul ne puisse faire face.

arton3792

Joséphine Yameogo de l’Association des Femmes Mécaniciennes de Faso (A.F.M.)

En abordant les versets bibliques pour  mieux comprendre la place de la femme dans la société, (éphésiens 5 versets 23 à 25), nous constatons que la femme doit être soumise à son mari qui est la tête tout comme le Christ est la tête de l’Eglise ; les hommes à leur tour doivent aimer leur femme tout comme le Christ à aimer l’église.

Ainsi les deux éléments clés qui attirent l’attention sont la soumission et l’amour. Etre soumis ne veut pas dire être esclave sans aucune liberté de décision ; être soumis signifie tout simplement que la femme doit respecter l’autorité de son mari, reconnaitre que c’est lui qui « porte la culotte » ; au-delà de cet aspect elle a droit à l’épanouissement dans tous les aspects de sa vie avec une égalité de chance ; par conséquent avoir une vie professionnelle, un business, un esprit d’entreprenariat ne veut pas dire qu’elle sape l’autorité de son mari.

Aimer sa femme c’est la respecter et la considérer comme sa propre personne, c’est l’accepter en tant que personne libre, complémentaire à l’homme. Aimer sa femme c’est reconnaitre qu’elle a les mêmes aptitudes, les mêmes chances ; aimer sa femme c’est tout comme se regarder dans un miroir c’est-à-dire, se reconnaitre à travers elle.

De nos jours, avec la mondialisation, la société burkinabé à compris l’importance de l’intégration des femmes dans le milieu social et professionnel. Fort heureusement, des efforts sont consentis par le gouvernement à travers le ministère de la femme et par de nombreuses associations pour valoriser et aider non seulement les femmes à intégrer le milieu professionnel mais aussi pour sensibiliser toutes les couches sociales toujours hostiles à l’épanouissement de la femme dans tous les domaines de la vie.

C’est ainsi que nous verrons des femmes qui exercent le métier de mécanicien, de menuisier, de topographe…plus encore elles peuvent prétendre à la magistrature suprême. C’est donc dire que des efforts sont consentis par les uns et les autres et que les mentalités sont en train de changer en faveur de la femme, qui, de plus en  plus est  en phase avec les réalités sociales.

Source d’images: http://www.jqsi.qc.ca/?Josephine-Yameogo

https://burkina24.com/2016/03/08/8-mars-2016-lautre-moitie-du-ciel-burkinabe-a-lhonneur/

Kamimani

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s