BREF REGARD SUR LE BURKINA FASO

Je ne suis ni avocate, ni policière, ni juge. Je suis une personne lamda éprise de vérité, de justice, de paix et d’amour qui dénonce à travers ces écrits les injustices de ce monde, de ce pays.

Je n’ai aucun pouvoir si ce n’est que ma voix et DIEU pour toucher les consciences. Ainsi j’appelle à la barre notre système judiciaire boiteux, qui tente tant bien que mal à établir une justice véritable fondement de la réconciliation sociale au Burkina Faso. Cependant celle-ci tergiverse au point de ne  plus être crédible en laissant en liberté des personnes qui ont causé du tort à notre société. Même si je désespère à voir une justice juste, légale et impartiale, force est de constater que je continue à croire à un Burkina plus équitable tendant vers un idéal de justice parce que, on a beau dire, beau croire, ce qui est légal n’est pas forcément juste et vice versa.

La vie est un don de DIEU, elle est précieuse et sacrée parce qu’elle a un début et une fin que nous espérons lointaine. Au Burkina Faso, nous assistons à une explosion démographique avec l’augmentation des naissances. Cependant nous constatons impuissants la mort de nouveaux nés prématurés parce qu’il n’y a pas assez de couvreuses. J’appelle donc à la barre notre système de santé à la traine qui ne met pas voies et moyens pour équiper nos hôpitaux de couvreuses en quantité suffisante. Plus encore je dénonce les festivités du 08 mars dont le budget aurait servi à acquérir des couvreuses. Je dénonce la répartition inappropriée des budgets à des fins non indispensables.

Sans même hésiter, je  dénonce les autorités en charge de la sécurité et du transport qui laisse les camions circuler à leur guise sans aucune règlementation aux heures de pointe. Combien de personnes ont été fauchées accidentellement à mort à cause de ces camions ? Combien de familles ont dues faire face à la perte de leur proche victime d’un accident  dans lequel il n’a été qu’un dommage collatéral ?

Justice

Justice

On dit souvent que l’éducation, l’école sont la clé de la liberté. Chaque année de nombreux diplômés sortent sur le marché de l’emploi mais font face au chômage. J’appelle donc à la barre le ministère de l’emploi qui laisse des personnes ayant dépassé l’âge de la retraite envahir nos administrations, nos bureaux avec une mentalité hostile au changement et à l’évolution technologique alors qu’il existe des jeunes pétris de talents et ayant la rage de travailler et des idées innovatrices. Je condamne fermement la longueur des files d’attente lors du dépôt des dossiers pour les concours celle-ci ayant pour objectif de saper le moral des déposants pendant qu’il existe des techniques de communication simples et efficaces.

Porte-parole de ce qui me semble être comme des maux qui ralentissent la bonne marche de notre société, j’ai pointé du doigt nos autorités non pas parce que je suis inconsciente des efforts qu’elles fournissent mais parce que, ceci ne suffisent plus et qu’il est temps d’être efficient. Il est facile de rejeter la faute sur les autres quand on n’est pas au-devant des choses ; maintenant j’appelle à la barre nous qui sommes de l’autre côté ; nous avons tous une responsabilité qu’elle soit directe ou pas. Nous devons apprendre à cultiver l’unité, la tolérance, le respect et la confiance les uns envers les autres si nous ne voulons pas être à la traine. Nous devrons protéger comme un trésor nos valeurs, nos rêves, nos projets…

Nous nous devons d’être les garants d’un Burkina Faso nouveau et fier d’avoir écrit son histoire avec le temps et de l’ancre qui a souvent coulé.

Kamimani

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s