A la mémoire d’Alana, mon amie, le temps d’un rêve qui a perdu tout son enchantement.

J’ai été le témoin regrettable d’une dépression nerveuse qui s’est malheureusement terminée par un suicide. Par la suite j’ai moi-même expérimenté cet état d’esprit qui traduit le decrescendo moral. Aujourd’hui il me coute de partager cette histoire avec vous tant la douleur est encore vive. Mais en même tant me taire, c’est renier la dépression et donner raison à cette maladie. Je ne vous relate pas ces faits pour inspirer votre pitié ou votre compassion mais pour attirer votre attention sur le fait que la dépression nerveuse peut vous conduire à commettre l’acte suprême qu’est le suicide.

Alana était une fille douce, belle, souple comme une liane. Elle avait des yeux de biche et un cœur immensément bon. C’était une jeune fille tranquille, bosseuse, le genre d’amie que tout le monde voulait avoir. Quelques jours avant sa mort, j’avais remarqué qu’elle était d’un calme déconcertant mais j’attribuais son comportement au stress des examens à venir. Le jour de sa disparition, elle était avec moi à la maison. Elle me disait qu’elle avait des migraines, donc je suis allé à la pharmacie pour lui prendre un calmant. Quand je quittais la maison, elle m’appela Nicole mon prénom qu’elle n’utilisait pas. Elle aimait m’appelé Mimi parce qu’elle trouvait que c’était plus affectueux. J’ai même sursauté quand elle m’a appelé ainsi et quand je me suis retourné surprise, j’ai croisé son regard, un regard inhabituel avec des larmes dans les yeux comme si elle voulait me dire quelque chose comme si elle voulait me dire Au revoir, Adieu.desespoir

A mon retour de la pharmacie je suis rentré dans la chambre et pour la première fois de ma vie j’ai vu le corps d’une personne qui était en train de lâcher prise ; seulement il ne s’agissait pas de n’importe qui ; c’était Alana, mon amie. Elle gisait sur le matelas la bouche baveuse, les mains crispées et les yeux retournés ; à côté d’elle se trouvait une plaquette de nivaquine vide. Sur le coup j’étais tétanisée, clouée au sol ; puis la seconde d’après j’ai réagi comme un automate. Je savais qu’elle était morte mais tout mon être refusait de l’admettre et, dans un ultime geste, comme si j’avais le pouvoir de la ramener à la vie, j’ai tant bien que mal ouvert sa bouche et je lui en quelque sorte fait boire de l’huile en attendant que l’ambulance arrive puis je l’ai prise dans mes bras et j’ai commencé à chanter sa chanson préférée « la bas » de Jean Jacques Goldman. Quand les secours arrivèrent je la tenais toujours serrée contre moi. Ils tentèrent de la réanimer mais c’était fini, Alana était partie pour une raison, qui jusqu’à ce jour, j’ignore. Pour vivre avec cette histoire, parce qu’il est clair que je ne pourrai pas l’effacer de mon passé, de mes souvenirs, je me suis consolée en me disant que DIEU avait plus besoin d’elle que nous ici-bas.

La dépression est très dangereuse, elle s’insinue en vous de façon douce et si vous n’y prenez pas garde, elle vous envahit et vous amène à poser des actes irréversibles. Jusqu’au moment où j’écris je n’ai pas encore trouvé de réponses aux multiples questions que je me pose : pourquoi n’ai-je pas senti qu’Alana n’allait pas bien ? Pourquoi ne m’a-t-elle rien dit ? Mais j’ai fini par comprendre que l’un des caractères de la dépression c’est de montrer que tout à l’air normal alors qu’un combat profond se mène à l’intérieur de vous.

Alana, tu es partie pour un monde meilleur, laissant un vide que je ne pourrai combler, ni par le temps, ni par une nouvelle amitié. Aujourd’hui je garde le meilleur de toi pour faire face à ton absence et je prie le Seigneur pour qu’il t’accueille dans son royaume. RIP.

Kamimani 

Publicités

Une réflexion sur “A la mémoire d’Alana, mon amie, le temps d’un rêve qui a perdu tout son enchantement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s