Même dans l’obscure profondeur du désespoir

 

Je tombe mais je me relève ; pas le choix, il faut y aller. Je trébuche mais j’avance ; j’échoue mais j’espère ; je pleure mais je souris ; j’ergote mais demain je suis encore là.

J’écris parce que les paroles sont devenues superflus ; j’écris parce que c’est le moyen idéal d’évacuer la douleur. Le chagrin avait emporté le cours de mon existence sur deux chemins différents mais fort heureusement j’ai réussi à sauver le peu de moi qui a survécu.

La réalité, les conventions établies nous place devant des évidences qui s’imposent d’elles-mêmes. Je dis « nous » parce que je crois et j’espère ne pas me tromper (non pas que je suis contente de ne pas être la seule à traverser le désert) qu’il y a des personnes qui vivent des situations difficiles et qui pensent qu’il n’y a plus d’espoir.

Puisque le temps ne s’arrêtera jamais, que le jour se lèvera et que la nuit tombera toujours ;

Puisque le temps ronge la vie mais que celle-ci nous donne de l’espoir ; puisque l’espérance est une bribe à laquelle nous devrions nous accrocher parce qu’étant synonyme d’un nouveau départ ;

Puisqu’il faut vivre pour autant que nous sommes vivants ;

Puisque la sagesse guide le marteau de l’artisan ; puisque le courage ne manque jamais aux hommes justes ;

Puisque qu’il y a dans ce monde des hommes qui, comme Bouki l’hyène, caresse l’agneau de la main gauche alors que le poignard dans sa main droite s’apprête à frapper ;Espoir

Puisque la douleur précède la guérison ; puisque nous ne pouvons nous suffire parce que quoi qu’on dise nos différences nous complète et quoi qu’on fasse nous avons besoin des uns et des autres pour supporter le poids de la vie …

Puisque la nature humaine est complexe, imprévisible et incompréhensible ;

Puisque nos cœurs pour peu que nous les écoutions cachent de véritables trésors ;

Puisque les acquis sont rares et que le mérite se construit ;

Puisque DIEU sans X existe…

Nous avons tellement d’alibi pour nous fortifier et ne pas flancher au moindre obstacle. Quoi qu’il puisse arriver, n’oubliez pas de sourire à la vie et aux autres même si vous avez de folles envies de pleurer ; même au cœur du désespoir, vous devez être une oreille attentive pour votre prochain. Quand bien même tout le monde vous tournera le dos, soyez toujours présents pour celui qui aura besoin de vous. Ne vous bernez par d’illusion, les problèmes vous en rencontrerez toujours mais n’hésitez pas à rire de vos erreurs de jeunesse, cela traduit une grande maturité et une ouverture d’esprit qui montre que vous avez franchi le pas, que vous êtes passé à autre chose. Par un devoir moral, laissez-moi vous dire une chose : quand vous sentez le vide vous engloutir accrochez-vous à celui-là qui est votre plus grand ami fidèle, le Seigneur notre DIEU qui connait toutes vos craintes et tous vos besoins. Accrochez-vous avec une volonté ferme et le reste suivra avec de la patience et de l’espoir…

Kamimani

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s