L’enfer est plus gros sur terre

Oui, l’élève a dépassé le maître depuis que les hommes sur terre ont remplacé lucifer de par leur comportement. Plus aucune solidarité encore moins de la compassion envers son prochain ; la recherche du gain facile justifie tous les moyens, peu importe les conséquences. Toute forme d’émotion est étouffée par l’appât du gain, de la folie des grandeurs et l’exaltation d’une vie à 10000 à l’heure.

Nous ne prenons plus le temps de réfléchir au lendemain, ce qui compte c’est cet instant ! Les remords sont anesthésiés et jetés au pied de la condescendance, de la suffisance et du « moi » très exclusif. Assoiffés de pouvoir et poussés par l’adrénaline du « advienne que pourra », nous sommes prêts à tout pour arriver jusqu’à nos sombres objectifs dénués de raison. Incapable de toute autre forme d’amour si ce n’est que la haine( la haine est aussi une forme d’amour destructeur), nous consacrons du temps à l’élaboration de plans machiavéliques dans l’optique de faire mal en pensant se faire du bien. Hélas, nous avons dévaliser le diable, nous lui avons volé ses habitudes si bien que l’enfer est bien plus grand sur terre.

Photo article sur l'enfer

Photo article sur l’enfer

Nous nous attachons aux choses de ce bas monde, oublieux de notre situation à savoir que nous sommes des locataires temporaires sur terre et que d’autres choses beaucoup plus importantes mériteraient que nous nous y penchons ; il s’agit de l’amour, du pardon, du sens du patriotisme, de l’obéissance et de la paix. Malheureusement ce sont des fondamentaux qui ont perdu toutes leurs valeurs aux yeux des hommes voilés par des désirs inavoués et inavouables nourris par l’avide soif du bien être personnel.

Heureusement, il n’est jamais trop tard, il suffit que nous arrêtons un temps soit peu de penser à nous, en nous oubliant juste un instant pour penser aux autres. Vous verrez que le monde se portera mieux sans monopole de pétrole, de gaz, d’armes chimiques avec une démonstration de force de frappe. Le monde se portera comme un charme sans partage de richesse, mieux sans exclusivité de richesse d’un état comme des vautours qui se disputent un morceau de viande.

#BlogDeKamimani

Publicités

Justice ou injustice?

Je me demande souvent, bien trop souvent s’il existe vraiment la justice dans mon pays le Burkina Faso. Alors que nous n’avons pas encore fait le deuil de nos morts, nous devons subir la dure et triste réalité des procédures judiciaires tendant à favoriser ceux là qui ont fait coulé le sang dans notre pays. Dans ce cas qu’est ce que la justice ?Doit- elle condamner les crimes en fonction de la personne ? Où se trouve la justice équitable ? Celle-ci n’est -elle pas la même pour tout le monde que l’on soit riche ou pauvre ? N’avons-nous pas un sursaut d’humanisme ? Et si c’était nous qui avions perdu un parent sur le chemin de la liberté, allons nous réagir autrement ? Trop de questions sont évoquées et nous connaissons tous la vérité que nous faisons semblant d’ignorer.FB_IMG_1508721664688
Si nous voulons parler de réconciliation il faudrait d’abord et avant toute chose parler de justice véritable pour soulager nos cœurs et guérir nos multiples blessures. Nous ne pouvons plus continuer dans le tâtonnement et le semblant ; Nous devons être honnête en jouant chacun notre partition avec à l’esprit le sens du devoir, de la vrai justice. Oui, celle qui n’est ni discriminatoire, ni corrompue, ni instrumentalisée par aucune puissance étrangère, celle qui est impartiale et juste, celle qui est indépendante sans aucune ingérence. C’est à ce prix que nous pourrons passer à autre chose et avoir le courage et le patriotisme de défendre notre pays encore et pour toujours. Arrêtons de jouer avec ce que nous avons de plus précieux : notre liberté, un droit fondamental.

#BlogDeKamimani

L’acceptation de soi

@KafandoNicole le blog de KAMIMANI

Pendant longtemps, je croyais fermement que c’était à moi de faire des efforts pour plaire à mon entourage. J’étais convaincu que si x ne m’aimait pas c’était de ma faute. Pendant longtemps, j’ai passé le plus clair de mon existence à vouloir plaire à tout le monde. Je me suis même mise à inventer et imaginer les milles manières possibles pour être plaisante. Pendant longtemps, je me suis inquiété de l’image que pouvait avoir mon entourage sur ma personne; le quand dira t-on a longtemps bercé mon comportement de façon cauchemardesque. Jusqu’au jour où j’ai compris qu’avant de plaire aux autres il faudrait d’abord que j’apprenne à m’aimer moi même, à m’accepter telle que je suis.self-knowledge-2817857_640

Oui j’ai compris que le plus gros travail c’était l’acceptation de soi et celle-ci passe par l’acceptation de mon vécu. Pour m’accepter en tant que personne ayant des défauts et des qualités il fallait que je cautionne mon passé en acceptant certaines choses qui me sont arrivées étant donné que je ne peux pas contrôler mon destin. Oui, puisqu’il est impossible pour tout être humain d’oublier une partie de son existence parce que ce serait un déni de son identité, il serait plus judicieux d’accepter nos déboires et de les classer au rang des expériences formatrices. En résumé, nous sommes les miroirs de nos pensées qui se reflètent. Si nous aimons ce que nous sommes, forcément les gens autour de nous nous aimerons. Alors prenons le temps de nous apprécier telle que nous sommes; nous avons tous chacun au fond de nous une parcelle de bonté, de générosité qui disparaissent lorsque le pire qui est en nous se réveille à force de désir de vengeance,de rancoeur.

Kamimani

Le viol comme arme de guerre en Centrafrique

@KafandoNicole le blog de KAMIMANI

Après les persécutions ethniques et les massacres à l’arme blanche, les rebelles ont trouvé une autre manière de semer la terreur en Centrafrique a travers les viols. En effet, selon les Droits de l’homme, plus d’un million de femmes et de jeunes filles, sont victimes de viols collectifs, parce qu’elles sont vulnérables et sans défense ce qui portent atteinte à la dignité humaine. Ce principe fondamental des Droits de l’Homme remis en cause, souligne la nécessité de prendre des mesures urgentes pour qu’aucune femme ne soit plus persécutée dans sa propre chaire. Pour ce qui en ait des victimes, je pense qu’un soutien psychologique à tous les niveaux s’avère nécessaire afin de redonner à ces femmes, ces jeunes filles le goût de la vie et la force de construire un lendemain meilleur.

République centrafricaine : Les violences sexuelles en tant qu’arme de guerre

Des Centrafricaines réfugiées en République démocratique du Congo (RDC) en septembre 2017. CRÉDITS : JOHN WESSELS/AFP

Des Centrafricaines réfugiées en République démocratique du Congo (RDC) en septembre 2017. CRÉDITS : JOHN WESSELS/AFP

Je suis consciente que ce ne sera pas une chose facile, mais je suis convaincue que la seule façon d’oublier ce drame c’est d’en faire un sujet qui n’est pas taboo, à travers une lutte permanente dont le seul objectif serait de réconcilier les peuples et d’apaiser les cœurs.

Kamimani